À propos du Tigre

Pourquoi ce blog ?

QLTL - Le Tigre, autoportraitLire, c’est bien. En garder une trace, c’est mieux.

Cela fait des années que je lis. Déraisonnablement. Et sans discrimination. Dans la rue, le bain, l’avion, la voiture, les escalators du rer, le métro, les bars, les wc (pas ceux des bars hein), toujours un ouvrage à la main. Au début, j’ai pris l’habitude de résumer mes lectures sur un fichier excel, et au bout de 2.000 entrées le système a montré ses limites…

D’où ce blog littéraire, qui est d’une part ma base de données personnelle, d’autre part un espace ouvert à tous les lecteurs potentiels. Vous trouverez donc les derniers livres lus, au moins un par semaine, en plus des résumés de mes anciennes lecture. Je vais à ce titre sans doute devoir en relire plus d’un en diagonale. J’oserai même mettre les navets que je n’ai pas pu finir. Ne soyez pas perturbé par l’utilisation tantôt du « je », tantôt « Le Tigre », il s’agit de la même personne qui Alaindelonise sur les bords.

Ensuite, Tigre compte quelques amis dans le vaste espace numérique, que ce soit d’autres blogueurs ou même des éditeurs qui sont tout gentils avec le félin. Si la structure du site vous interpelle, je vous ai concocté un « plan du site » maison. Et si vous vous demandez pourquoi un tigre, la réponse est ici.

Les Sūtras du Tigre, qu’est-ce donc ?

Les Sutras du TigreRentre donc dehors et écoute voir comme ça sent bon.

En plus des résumés, vous trouverez de temps à autre quelques sūtras (ou sutras, plus simple à écrire). Et pas n’importe lesquels, puisque qu’il ne s’agit rien d’autre que ceux du Tigre, grand lecteur devant l’éternel et analyste dont la pertinence n’a d’égal que la modestie.

Les caractéristiques des Sutras du Tigre sont les suivantes :

– Il s’agit de transcriptions numériques de conférences données, à titre privé, par Le Tigre à ses proches. Ces derniers s’endormant après trois minutes en moyenne, j’ai décidé d’augmenter le spectre de mon auditoire.

– Conférences, donc langage parfois familier du texte. Lisez les sutras comme une plaisante conversation au cours de laquelle vous ne pouvez placer un mot pour les raisons que je vous laisse imaginer : tétanisation devant un tel déballage de conner science, vieille convention dictant de ne pas parler la bouche pleine, scotch sur la bouche, langue arrachée,…

Veuillez donc excuser Le Tigre si certains passages ne correspondent pas aux standards du bon goût littéraire.

– Publication au  compte-goutte, car il n’y aura que 100 Sutras.

– Numérotation en apparence aléatoire mais porteuse de précieuses informations. Le Tigre est grand connaisseur de musique électronique germanique, et a trop souvent été perplexe devant les EP produits. BPitch Control, Gigolo Records, Disko B, Kompakt, Tresor,…que des labels dont les albums portent un numéro (souvent à trois chiffres) mystérieux et porteur d’un pouvoir que j’imaginais immense.

Le Tigre a toujours rêvé de faire de même. Dont acte.

En conclusion, les Sutras du Tigre seront vite au livre ce que le Sutra de monsieur Kama est à la sexualité.

Une Encycatpedia ?

L'encyclopédie des félinsDieu a créé le chat pour permettre à l’homme de caresser le tigre.

J’ai beaucoup hésité à sortir cette catégorie, depuis le temps que je feule contre les blogueuses qui racontent leur vie je craignais faire de même. Or, un tigre qui parle de son petit cousin qu’il possède, quoi de plus normal ?

Encyclopédie féline aux lourds et édifiants volumes, je n’aborde que des sujets vaseux qui sont traités avec la plus grande négligence. Si l’éthologie y est reine, mon but officieux est de recevoir, avant 2018, au moins une assignation de Brigitte Bardot et de la SPA réunies.

L’encyclopédie des chats sera rapidement la référence, l’insubmersible codex que tout propriétaire de félins consultera frénétiquement.

Les Voyages du Tigre

Les Voyages du TigreJe sais que vous vous doutez de quoi il s’agit. Le félin, du haut de ses nombreuses années, a eu l’opportunité de parcourir le monde – et de ne pas avoir perdu les photographies. Gloire à lui, les Voyages tigresques précipiteront la chute du Guide du Routard qui mettra la clef sous la porte prématurément.

Les Voyages du Tigre, ce sont un peu les carnets de bord rédigés par le rejeton adultérin d’Henry de Monfreid et du vil Malraux. 

L’iconographie de Tigre-san, ça veut dire quoi ?

Parce que le poids des mots ne suffit pas toujours.

Le Tigre est un illustrateur plus que médiocre, tout comme le chant. Il compense donc avec une débordante imagination, mais surtout grâce à des collaborateurs de talent qui daignent gribouiller quelques dessins ici et là. Ces œuvres picturales seront parfois « book related » ou détourneront, pour le compte du félin, n’importe quel sujet qui lui passera par la tête. Il y a même des tableaux de grand-père Tigre que j’analyse avec une légèreté blâmable.

En conclusion, l’iconographie de Tigre-san sera vite à la littérature ce que les vitraux (ceux devant lesquels vous bugiez en pleine messe) sont à l’église apostolique et romaine.

9 réflexions au sujet de « À propos du Tigre »

  1. Bonjour cher félin,
    J’ai atterri sur ce bout de toile parce que tu avais laissé un message outrageusement publicitaire sur la page que je m’étais réservée sur un autre bout de toile.
    Étonnée par tant d’outrecuidance, je suis venue j’ai vu et fut vaincue.
    La publicité avait marché alors que je me targue ordinairement à bien y résister. Caramba !
    Le félin écrit bien.
    Il a cette autoderision qui me porte à la flatterie. Cessons donc avant de tomber dans la courtisanerie.
    Le tigre lit beaucoup plus que votre serviteuse (dont l’ego se permet de féminiser impunément les mots qu’il lui plaît), mais j’ai tout de même l’audace de suggérer un livre à l’auteur de ce blog, avec l’intuition qu’il lui plaira et qu’il ne fait pas encore partie de la bibliothèque.
    Il s’agit d’un conte d’Eitaro Oshima publié à l’école des loisirs.
    Le Tigre et le Chat.
    Pour l’autodérision.

  2. Vulgaire, creux. J’ai l’impression que tu trompes le fait de n’avoir rien à dire par tes lectures frénétiques. Mais la quantité ne comble pas la vacuité…

    • Évidemment que le félin n’a rien à dire, c’est pourquoi il lit et n’a pas la prétention de pondre une thèse doctorale sur chacune de ses lectures – plutôt taper des balles de golf dans un practice au fin fond du pays avec une plume dans le cul.
      Quant à la vulgarité, nous sommes d’accord. Dans le sens de « vulgus », c’est-à-dire ne pas toujours se cantonner à un lectorat composé de trois pékins se lustrant mutuellement le jonc.
      Amitiés félines Phi.

      • Hello « tigre », ami du pseudonymat (quoi qu’il y ait mon prénom et nom dans mon mail et pseudo). Mes quelques lignes semblent t’avoir piqué dans cet orgueil suffisant que je pressentais. Par vulgaire, je signifiais la trivialité nauséabonde des critiques dont tu t’enorgueillis. Pourquoi une telle véhémence? Tu passes complètement à côté des oeuvres que tu crois analyser. En réalité tu donnes un avis qui n’interresse personne. Tu critiques pour exister plutôt que de contempler pour partager. Tu te sens delicieusement spirituel, tu n’es qu’un sot passant à côté du sens de la critique: cesser d’avoir le soucis de sa personne pour éveiller chez les autres sa propre passion.

      • J’ai bien peur que tu n’as fait qu’effleurer le site où le second degré et l’absence de prise au sérieux du taulier sont de mise. Cela explique sans doute ta véhémence face à un blog que tu imagines être tenu par un égotiste doublé d’un ignare orgueilleux – Le Tigre, personnage numérique créé ex nihilo, accueille à bras ouvert tes remarques.
        N’hésite pas à commenter sous les billets relatifs à des œuvres à côté desquelles le félin est/serait passé à côté, ça pourra aider les lecteurs.
        Et, dès que tu sens prêt, on discutera de tout ça autour d’un verre. J’offre la première tournée.

Laisser un commentaire